dépanneur(euse) en installations climatiques

technicien(ne) de maintenance en chauffage et climatisation

chauffagiste

Veillant au bon fonctionnement des équipements techniques, le technicien de maintenance en génie climatique assure leur entretien et leur dépannage. Toujours disponible, il doit apporter une solution rapide et efficace aux clients victimes d'une panne.


Centres d'intérêts: 
me déplacer souvent
exercer un travail manuel
concevoir, utiliser des technologies industrielles de pointe
réparer, entretenir, installer des équipements
Niveau d'accès: 

Secteurs professionnels: 
équipement technique du bâtiment
chauffage
climatisation
exploitation d'installation thermique
maintenance en génie climatique

Activité

Répartition du travail

Le technicien de maintenance assure la gestion technique d'un ou de plusieurs sites. En accord avec les clients, il planifie les opérations d'entretien des équipements techniques assurant la climatisation, le chauffage ou la ventilation des locaux. Il définit les modalités d'intervention, rédige les fiches de travaux et répartit les tâches entre les équipes disponibles.

Un rôle de conseil

Il apporte son expertise et son assistance technique lors d'interventions complexes. Il conseille la clientèle et lui propose des solutions pour améliorer le rendement des installations.

Pas de problème sans solution !

Une climatisation qui flanche au coeur de l'été, une chaudière qui s'arrête de fonctionner en plein mois de janvier : il faut dépanner le client en urgence. Tout commence alors par une enquête. Le technicien se renseigne sur les signes de défaillance qui ont précédé la panne et démonte les équipements pour déterminer d'où vient le problème. Il décide alors de la marche à suivre, établit un devis détaillé, commande s'il le faut des pièces de rechange.

Environnement de travail

Autonomie et responsabilité

Le technicien de maintenance peut, selon les cas, être en charge d'un secteur géographique englobant plusieurs sites ou être affecté à un site de grosse taille (industriel, par exemple). Encadrant une petite équipe d'agents de maintenance, il est placé, suivant la taille de l'entreprise, sous l'autorité d'un ingénieur, d'un responsable d'agence ou directement du patron. La plupart du temps, il peut organiser son travail de manière autonome.

Des systèmes complexes

Pour intervenir sur des systèmes associant diverses technologies, le technicien en génie climatique doit mobiliser les connaissances qu'il a acquises dans un grand nombre de domaines (énergie thermique, hydraulique, mécanique, automatismes, électrotechnique appliquée, résistance des matériaux, etc.). Et les remettre à jour régulièrement.

Compétences requises

Dynamique et réactif

Se déplaçant constamment sur les chantiers, le technicien de maintenance peut parcourir de longues distances dans une même journée. Son emploi du temps s'emballe au gré des urgences. Les horaires sont, par définition, irréguliers : pas question de quitter le lieu d'une réparation avant la remise en marche du système. Veille de Noël ou pas, il faut aboutir dans les plus brefs délais !

Un homme de contact

Il faut rassurer le client victime d'une panne et lui donner des conseils d'utilisation pour qu'une telle mésaventure ne se reproduise pas. Un bon relationnel et le sens du service sont essentiels dans ce métier. Des qualités qui doivent, bien sûr, être alliées à un esprit rationnel et méthodique.

Carrière & salaire

Dans l'industrie et les services

Le secteur du génie climatique étant en pleine expansion, le marché de l'emploi se présente sous des auspices favorables. Très recherché, le climaticien est employé aussi bien par les entreprises du bâtiment que par les sociétés de services chargées de l'exploitation et de la maintenance des installations.

De nombreuses passerelles

Un technicien de maintenance expérimenté peut accéder à un poste de chef de groupe ou chef de secteur, puis prendre la direction d'une agence. Autre évolution possible : changer d'activité, en devenant, par exemple, chargé d'affaires (sa mission étant de prospecter et fidéliser la clientèle) ou encore technicien dans un bureau d'études (il sera alors chargé de concevoir de nouveaux équipements climatiques).

Salaire du débutant

Variable selon la taille de l'entreprise. Environ 1850 euros brut/mois avec un diplôme à bac + 2 (Le Moniteur, 2012).

Accès au métier

Se spécialiser à bac ou à bac + 2

S'il ne souhaite pas faire des études trop longues, le technicien de maintenance en génie climatique peut viser un bac pro, qui lui permettra de s'insérer rapidement dans la vie active.

Le bac pro se prépare en 3 ans après une classe de 3e, éventuellement en 2 ans après un CAP. Le choix s'effectue entre les bacs pro technicien en installation des systèmes énergétiques et climatiques ; technicien de maintenance des systèmes énergétiques et climatiques.

Cependant un diplôme de niveau bac + 2 permet de prétendre à un meilleur salaire, d'encadrer une équipe et d'avancer plus vite dans la hiérarchie. Attention, pour préparer un BTS ou, à plus forte raison un DUT, il vaut mieux passer d'abord un bac général ou technologique. Les bacheliers professionnels sont rares, et seuls ceux qui ont une mention B ou TB sont admis à l'entrée en BTS.

Le BTS fluides énergies environnements accueille en majorité des bacheliers STI2D (développement durable). Trois options sont intéressantes pour qui veut exercer le métier de technicien de maintenance en génie climatique : A (génie sanitaire et thermique), B (génie climatique) et D (maintenance et gestion des systèmes fluidiques et énergétiques).Le DUT se prépare en 2 ans. Le DUT génie thermique et énergie est accessible après un bac S ou STI2D (développement durable). Le DUT génie civil option génie climatique et équipements du bâtiment peut, quant à lui, être préparé après un bac S ou STI2D (développement durable). De plus en plus souvent, les titulaires d'un DUT ou d'un BTS complètent leurs études par une licence pro.

Le titre professionnel du ministère chargé de l'emploi agent(e) de maintenance en chauffage (niveau V) a été créé par arrêté du 18 décembre 2006 portant révision de l'arrêté du 31 juillet 2003 (JO du 09 janvier 2007). Il se compose de deux certificats de compétences professionnelles (CCP) validant un ensemble de compétences nécessaires à la réalisation de chacune des activités constitutives de l'emploi à savoir assurer la mise en service et la maintenance des installations de chauffage et d'eau chaude sanitaire de petite puissance équipées de générateurs fioul ou gaz au sol ainsi qu'assurer la mise en service et la maintenance des installations de chauffage et d'eau chaude sanitaire de petite puissance équipées de générateurs muraux gaz. (ré-examen dans un délai de trois ans)

Ressources

Ressources

Liens utiles

Se documenter à la cité

Fiches métiers associées

PDF version
PDF version